BU Renault : plus belle la vie, dans le monde enchanté de l’Offshore

dimanche 20 décembre 2009

La Direction qui n’a jamais réussi à prouver la rentabilité du contrat Renault ne sait plus à quel saint se vouer, et pratique la politique de l’autruche.

Sous l’apparence d’une victoire commerciale, le renouvellement du contrat risque de devenir une Bérézina économique. En effet, Renault a su imposer des conditions encore plus draconiennes en jouant habilement de la concurrence Atos/Cap Gemini.

La mise en place immédiate et massive de l’offshore en Inde sans préparation relève de l’amateurisme le plus complet. Cette politique commence déjà à entrainer une désorganisation catastrophique des équipes et une perte de qualité de service que Renault va nous faire payer au prix fort.
En vrac, nous pouvons citer comme fait d’armes de la BU Renault : des collègues indiens qui n’ont toujours pas de locaux ATOS à Chennai, un délai d’attente moyen de 7 mois pour faire traduire un document en anglais, des ressources françaises mobilisées à 100% pour traduire en catastrophe la documentation, obligation d’intégrer des ressources indiennes sans tenir compte des plannings et besoins des projets, et qui imputent des dizaines de jours sans pouvoir produire, car elles ne disposent pas d’environnements. Enfin, des procédures d’industrialisation bureaucratiques, pesantes et inadaptées.
De plus nous connaissons un avant-goût de l’amélioration de la productivité sur le contrat, avec les départs d’un DP et d’un CP non compensés, sauf par une surcharge de travail pour ceux qui restent.

Qui va être tenu responsable de cette politique stupide et suicidaire ? En toute logique ce devrait être ceux qui se gavent de primes liées à la baisse des coûts et à l’augmentation de l’exploitation des salariés (côté client et ATOS). Nous pensons que cela retombera sur nos collègues dont les salaires sont bloqués pour justifier une nouvelle mesure d’austérité.


Brèves

Égalité professionnelle : la CGT obtient de premières avancées

vendredi 11 janvier

Le principe d’une obligation légale de résultat en matière d’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes, assortie d’une sanction financière en cas de non-respect, reprend une proposition de la CGT. Restait à définir les modalités concrètes de son application

Agissons : urgence, salaires, emplois et justice sociale

mercredi 21 novembre 2018

Des salariés actifs et retraités, des citoyens expriment une colère légitime pour avoir les moyens de vivre dignement, pour plus de justice sociale. Cette colère, la CGT la comprend et la porte au quotidien depuis plusieurs mois et au travers de nombreuses journées d’action et de grèves.

Carte des mobilisations du 1er mai

mardi 1er mai 2018

Retrouver la carte des mobilisations du 1er mai 2018 sur le site de la CGT (lien ci-dessous) ou sur le site infogram.

Solidarité avec les danois

mardi 1er mai 2018

Les employeurs du secteur public danois ont menacé les syndicats d’un lock-out massif des travailleurs du secteur public pour faire face à une menace de grève et pour mieux baisser les salaires ou augmenter le temps de travail.
Plus d’informations dans le lien ci-dessous.
Est ce le "diviser pour mieux régner", le "modèle danois" que veut suivre notre gouvernement ?

Le gouvernement permet aux employeurs d’imposer des forfaits jours sans accord des cadres

lundi 19 février 2018

En catimini, le gouvernement a mis fin au volontariat pour les forfaits jours via un amendement intégré à la 6ème et dernière ordonnance travail en Commission Mixte Paritaire.
Plus d’information dans le lien ci dessous :

Accenture condamnée pour usage abusif des forfaits jours

jeudi 28 décembre 2017

La CGT a obtenu la condamnation de la société Accenture qui ne décompte pas le temps de travail de ses salariés en forfait heures.