Dénonciation de l’accord temps de trajet :

Mépris et reniements !
vendredi 4 novembre 2016
par  Le Merle moqueur

Jeu de dupes

La direction a dénoncé l’accord sur le temps de trajet en mission dans toutes les sociétés de la GBU. Elle prétend que le « coût » de cet accord n’avait pas été correctement calculé… (rires)

Pour rappel il s’agissait de la récupération pour les salarié-e-s de 50%, en moyenne du surtemps de trajet [1] les 6 premières heures. La CGT n’a pas signé cet accord. Nous demandons toujours la compensation intégrale du surtemps de trajet. De plus cet accord est moins disant que celui qui existait chez BULL.

Avec cette dénonciation la signature de la direction est totalement décrédibilisée. Le dialogue social dans l’entreprise s’en trouve compliqué.

La CGT invite en conséquences les organisations syndicales signataires des accords dans les sociétés du groupe (CFDT, CFTC, CGC et UNSA) à en tirer les conséquences et à mettre la direction face à ses contradictions en retirant leurs signatures de tous les accords du « package » :

  • La direction leur a fait avaler un « package » de 3 accords (temps de travail, temps de trajet mission et annualisation des jours de congés) où la perte de jours de RTT était soit disant compensée par une amélioration des récupérations sur les temps de trajet. La direction les a donc roulées dans la farine.
  • Cela permettrait de démarrer une nouvelle négociation où tout serait remis sur la table pour renégocier en faveur des salarié-e-s.

Depuis cette dénonciation, la situation s’est encore aggravée avec la volonté affichée de la direction de changer le lieu d’affectation au bout de 6 mois en mission.

Mépris de la Direction

La direction a décidé que l’accord sur le temps de trajet en mission était contraire à sa course effrénée pour toujours plus de marge.

L’accord dénoncé restant applicable durant 15 mois, elle cherche à le contourner. La direction voudrait changer systématiquement, au bout de 6 mois de mission, le lieu d’affectation des salarié-e-s concernés par un surtemps de trajet. Quid alors des frais de déplacements afférents à leur mission ?

Ce changement de lieu d’affectation est une demande constante du patronat SYNTEC et de la direction d’ATOS à laquelle la CGT s’est toujours opposée. Aujourd’hui comme hier nous continuerons à nous y opposer.

Le mépris de la direction envers les organisations syndicales « signataires » et les salarié-e-s est une provocation inacceptable. La direction les prend en otage pour les contraindre à renégocier à la baisse.

Reniements des OS signataires

Dans ce jeu de dupes, les organisations syndicales signataires apparaissent comme les dindons de la farce.

Que de reniements, que de concessions de la part des OS signataires.

Pour simple exemple, la CFDT est entrée en négociation avec la revendication des 32 heures hebdomadaires (travailler moins) que nous partageons. En sortie de négociation elle a signé un accord qui réduisait le nombre de JRTT ou de jours de repos de un à deux jours selon les années (travailler plus).

Avant les élections professionnelles chez Intégration, la CFDT jurait qu’elle ne signerait jamais un accord incluant des pertes de jours de RTT. Après les élections, elle a signé.

Cherchez l’erreur !


[1Ecart entre temps de trajet domicile-lieu d’affectation et temps de trajet domicile-lieu de mission.


Brèves

Carte des mobilisations du 1er mai

mardi 1er mai

Retrouver la carte des mobilisations du 1er mai 2018 sur le site de la CGT (lien ci-dessous) ou sur le site infogram.

Solidarité avec les danois

mardi 1er mai

Les employeurs du secteur public danois ont menacé les syndicats d’un lock-out massif des travailleurs du secteur public pour faire face à une menace de grève et pour mieux baisser les salaires ou augmenter le temps de travail.
Plus d’informations dans le lien ci-dessous.
Est ce le "diviser pour mieux régner", le "modèle danois" que veut suivre notre gouvernement ?

Le gouvernement permet aux employeurs d’imposer des forfaits jours sans accord des cadres

lundi 19 février

En catimini, le gouvernement a mis fin au volontariat pour les forfaits jours via un amendement intégré à la 6ème et dernière ordonnance travail en Commission Mixte Paritaire.
Plus d’information dans le lien ci dessous :

Accenture condamnée pour usage abusif des forfaits jours

jeudi 28 décembre 2017

La CGT a obtenu la condamnation de la société Accenture qui ne décompte pas le temps de travail de ses salariés en forfait heures.

GREVE le 12/12 chez GEMALTO

mardi 12 décembre 2017

En ce jour où le groupe ATOS a annoncé son intention d’acheter GEMALTO, les salariés sont en grève contre un plan de licenciements.
Plus d’information ci-dessous :

Sur le Web : Intersyndicale Gemalto

ORDONNANCES MACRON/MEDEF

jeudi 7 décembre 2017

Une 6ème ordonnance : balai... pour les droits et garanties des salariés

Lire la suite dans le lien