IK vélos, Médaille du Travail : la direction doit respecter sa signature

vendredi 13 janvier 2017
par  Le Merle moqueur

La GGT a réussi à faire appliquer l’accord sur les IK vélo

L’accord sur les IK vélos, signé par la CGT chez Infogérance et Intégration, prévoyait un plafond de remboursement annuel de 200€. Dans sa grande bonté, la direction voulait réduire unilatéralement ce plafond à 100€ an arguant du fait que cet accord n’est applicable depuis le 1er juillet.....

La CGT a donc écrit au directeur de la GBU France afin que la direction respecte les termes de cet accord qu’elle a signé.

La direction a reculé et est prête à appliquer le plafond de 200€

«  Bonjour Monsieur Simon

Lors de notre réunion d’hier, nous vous avons fait part d’un certain nombre de « mesquineries » sur l’application des accords d’entreprise existants qui viennent polluer nos relations sociales.

Dans ce cadre, j’attire votre attention sur l’accord d’entreprise concernant les IK Vélo et les difficultés rencontrées par les salariés cyclistes (seulement quelques dizaines) pour faire valoir leur droit et récupérer la prime associée.

Cet accord a été validé second semestre 2016 pour une application à durée limitée (fin d’application au 31/12/2016) et avec effet rétroactif au 1er juillet 2016. Il prévoit un plafond de remboursement de 200 euros par an.

Aujourd’hui les salariés qui utilisent le vélo au quotidien demandent donc le versement de ces 200 €… la Direction leur répond qu’elle est limitée à 100 € car l’application se fait au prorata des 6 mois d’application !

Dans le texte RIEN n’indique cette interprétation ! Si cela avait été le cas dans l’esprit des négociateurs et compte tenu que l’accord a été signé pour une durée déterminée de 6 mois.. nous aurions indiqué simplement que le plafond 2016 était fixé à 100 euros !

Il en va de votre crédibilité, vis-à-vis des OS mais aussi des salariés, de respecter les accords signés sur la forme et non sur une « interprétation » par définition fluctuante.

Aussi, nous vous demandons d’agir afin de solutionner rapidement cette « petite et peu couteuse » revendication.

Avec nos remerciements
Meilleures salutations
Pour la CGT, Eric Alliaume
 »

La direction souhaite sortir la Médaille du travail et la prime de licenciement « club des anciens Bull » de l’accord Temps de travail pour le réintégrer « sous une forme équivalente » dans le contrat de génération et revenir temporairement aux anciens dispositifs. Cela lui permettra de ne pas provisionner 10 millions d’euros fin 2016 et donc d’améliorer la marge au bénéfice des dirigeants, des salariés avec part variable et des actionnaires. Il n’y pas de petits profits pour ces gens là.


Brèves

Le gouvernement permet aux employeurs d’imposer des forfaits jours sans accord des cadres

lundi 19 février

En catimini, le gouvernement a mis fin au volontariat pour les forfaits jours via un amendement intégré à la 6ème et dernière ordonnance travail en Commission Mixte Paritaire.
Plus d’information dans le lien ci dessous :

Accenture condamnée pour usage abusif des forfaits jours

jeudi 28 décembre 2017

La CGT a obtenu la condamnation de la société Accenture qui ne décompte pas le temps de travail de ses salariés en forfait heures.

GREVE le 12/12 chez GEMALTO

mardi 12 décembre 2017

En ce jour où le groupe ATOS a annoncé son intention d’acheter GEMALTO, les salariés sont en grève contre un plan de licenciements.
Plus d’information ci-dessous :

Sur le Web : Intersyndicale Gemalto

ORDONNANCES MACRON/MEDEF

jeudi 7 décembre 2017

Une 6ème ordonnance : balai... pour les droits et garanties des salariés

Lire la suite dans le lien

Victoire

jeudi 7 décembre 2017

Le gouvernement français soutient l’adoption d’une norme internationale contraignante contre les violences sexistes et sexuelles

Suite à l’interpellation des syndicats et des féministes, le gouvernement français vient de changer sa position et soutient maintenant clairement l’adoption d’une convention OIT contraignante contre les violences sexistes et sexuelles. La CGT se félicite de cette victoire et de ce changement de position.

Ordonnances Macron

samedi 11 novembre 2017

LA CGT DEMANDE AU CONSEIL D’ÉTAT DE SUSPENDRE LES ORDONNANCES

Plus de détails dans le lien ci dessous.
Ces ordonnances sont à l’origine de graves régressions sociales et sont porteuses de flexibilisation et de précarité pour les salariés. Elles ne reviennent pas seulement sur des droits durement acquis mais elles creusent également des inégalités déjà trop importantes, ce que la CGT déplore. C’est pourquoi tous les moyens de s’y opposer doivent être mis en œuvre, qu’il s’agisse de se mobiliser dans la rue le 16 novembre prochain ou devant les tribunaux.