Transfert en Inde du Contrôle de Gestion de la GBU France

mardi 24 janvier 2017
par  Le Merle moqueur

La GBU France serait la dernière à ne pas avoir son contrôle de gestion en Inde. Sous un joli tas de prétextes et justifications fumeuses donnés par la direction lors du dernier Comité d’Entreprise de l’UES Atos Intégration, le contrôle de gestion DOIT partir en Inde. C’est une démarche groupe (dixit).

Décryptage : il faut bien que notre patron millionnaire et ses sbires puissent continuer à augmenter leurs salaires démentiels, non ?

100 salariés (AMF) aujourd’hui en France, 40 à l’avenir…. en attendant la suite ?

Souvenons nous des voeux de Monsieur BRETON : "… Atos va créer de nouveaux emplois, dont beaucoup en France…". Cette seule phrase peut-elle suffire à justifier les 5 millions du CICE censés aider à maintenir et développer l’emploi en France et donnés finalement à nos actionnaires ?

Seule l’attrition naturelle permettrait cette cure d’effectif (Démissions, retraites, mutations volontaires), la direction n’ayant pas prévu de Plan Social, certainement pour ne pas faire tâche sur le CV de notre PDG , ex-ministre et qui aimerait bien le devenir à nouveau.

Les élus CGT ont fait part de leur révolte face à ce nouveau mauvais coup pour l’emploi en France et ont lu la déclaration suivante :

« Le marché suit des modes, les entreprises sont des moutons. La mode est à la course au moins disant social. Le nombre de salarié-e-s d’Intégration a encore baissé en 2016. La direction nous annonce une augmentation de l’Offshore en 2017 et la poursuite de l’utilisation massive de la sous-traitance externe donc toujours moins d’emplois chez Intégration en France. Le mouvement va s’accentuer, encore et encore en 2018.

Les SSII, renommées ESN (Entreprise de Service du Numérique), appliquent toujours les mêmes recettes :

  • externaliser un maximum de services ;
  • réduire les coûts et la masse salariale ;
  • chasse aux personnes jugées non « rentables » ;
  • spécialiser les fonctions en industrialisant ;
  • recours à la sous-traitance externe pour, officiellement, recourir à un spécialiste immédiatement adaptable au besoin du client ; officieusement, pour ne pas avoir à gérer des « ressources humaines » (congés, maladie, formation) ;
  • recours à l’offshore ;
  • rationnaliser les locaux en regroupant les sites et compacter les espaces de travail.

La société Atos est née grâce à notre société Française, bénéficie de tous les bienfaits légués par nos aînés et consolidés par nos anciens. Aujourd’hui, elle n’aurait aucune obligation morale, aucun rôle social et ne serait qu’une machine à créer de la valeur pour les actionnaires, au détriment de notre modèle social et des salariés travaillant sur le sol national.

Pour la CGT, cette tendance pour externaliser encore plus nos métiers pose des problématiques stratégiques, juridiques, financières et sociales. Certaines fonctions, qui a un certain moment de la vie de l’entreprise ne sont plus considérées comme stratégiques, peuvent s’avérer plus tard le devenir. Il y a un appauvrissement des savoir-faire et des compétences de l’entreprise alors que nous sommes dans des métiers nécessitant des compétences techniques fortes. La logique de rentabilité économique, inhérente au système capitaliste, conduit toujours à la recherche d’économies et des gains de productivité. Cette quête d’économies a des conséquences sociales aussi bien dans l’entreprise que hors de l’entreprise, en participant à la casse de notre modèle social basé sur la solidarité.

La CGT, depuis sa création, a toujours lutté contre cette logique de rentabilité à outrance, dont les bénéfices ne sont captés que par une minorité alors que les richesses sont créées par toutes et tous. »


Brèves

Accenture condamnée pour usage abusif des forfaits jours

jeudi 28 décembre 2017

La CGT a obtenu la condamnation de la société Accenture qui ne décompte pas le temps de travail de ses salariés en forfait heures.

GREVE le 12/12 chez GEMALTO

mardi 12 décembre 2017

En ce jour où le groupe ATOS a annoncé son intention d’acheter GEMALTO, les salariés sont en grève contre un plan de licenciements.
Plus d’information ci-dessous :

Sur le Web : Intersyndicale Gemalto

ORDONNANCES MACRON/MEDEF

jeudi 7 décembre 2017

Une 6ème ordonnance : balai... pour les droits et garanties des salariés

Lire la suite dans le lien

Victoire

jeudi 7 décembre 2017

Le gouvernement français soutient l’adoption d’une norme internationale contraignante contre les violences sexistes et sexuelles

Suite à l’interpellation des syndicats et des féministes, le gouvernement français vient de changer sa position et soutient maintenant clairement l’adoption d’une convention OIT contraignante contre les violences sexistes et sexuelles. La CGT se félicite de cette victoire et de ce changement de position.

Ordonnances Macron

samedi 11 novembre 2017

LA CGT DEMANDE AU CONSEIL D’ÉTAT DE SUSPENDRE LES ORDONNANCES

Plus de détails dans le lien ci dessous.
Ces ordonnances sont à l’origine de graves régressions sociales et sont porteuses de flexibilisation et de précarité pour les salariés. Elles ne reviennent pas seulement sur des droits durement acquis mais elles creusent également des inégalités déjà trop importantes, ce que la CGT déplore. C’est pourquoi tous les moyens de s’y opposer doivent être mis en œuvre, qu’il s’agisse de se mobiliser dans la rue le 16 novembre prochain ou devant les tribunaux.