NAO 2017 : dernière proposition de la direction

jeudi 20 juillet 2017
par  Le Merle moqueur

La direction vient de terminer les NAO Atos Intégration, la seule vraie mesure est la suivante :
500€ bruts/an pour les salariés qui remplissent simultanément les deux conditions suivantes :

  • Salaire annuel brut inférieur ou égal à 60K€ brut/an au 1er juillet 2017, pour un équivalent temps plein.
  • Absence d’augmentation du salaire annuel brut sur la période courant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2016. Pour ceux qui auraient eu moins de 200€ d’augmentation tout en gagnant moins de 60K€ : ils seraient augmentés du delta.

Projet de déclaration CGT

La CGT rappelle que sa revendication principale pour les NAO 2017 était une Augmentation Générale de 300€ brut par mois.

La CGT considère que le rattrapage F/H, prévu par l’accord sur l’égalité professionnelle du 16 janvier 2017, le PERCO, l’intéressement et les primes « Accolade » ne devraient pas être pris en compte dans le cadre des propositions de la direction. Cela n’a rien à voir avec les augmentations de salaire !
Les augmentations ne sont, de ce point de vue, que de 1% de la masse salariale, et nous savons que la répartition sera loin de répondre à l’attente des salariés.

La direction, capable de proposer un budget 2017 à 1,56% sur un plan à 3 ans ( pour « appâter les OS » ? ) , le réduit à 1% pour ces NAO. Elle montre le peu de respect qu’elle porte vis-à-vis des salariés et de leurs représentants.

La CGT regrette que la direction ne s’engage pas à proposer une politique d’Augmentation Générale ou Collective à la hauteur des attentes de ses salariés, à la hauteur d’un groupe du CAC 40, à la hauteur des bénéfices remontés à la holding par l’ensemble des salariés, à la hauteur des dividendes des actionnaires.

A la fin de ces négociations, la direction est arrivée toute seule à la conclusion qu’il n’y aura pas d’accord. La CGT ne signera pas non plus le protocole de désaccord sur les NAO 2017.

Coté Infogérance

Coté infogérance la Négo est plus avancée et le protocole de désaccord repprends grosso-modo la même proposition sauf que la limite passe de 60K€ à 40K€ et qu’il n’y a pas de ’delta’ pour ceux ayant eu une augmentation inférieure à 200€.

Merci patron !



Brèves

Le gouvernement permet aux employeurs d’imposer des forfaits jours sans accord des cadres

lundi 19 février

En catimini, le gouvernement a mis fin au volontariat pour les forfaits jours via un amendement intégré à la 6ème et dernière ordonnance travail en Commission Mixte Paritaire.
Plus d’information dans le lien ci dessous :

Accenture condamnée pour usage abusif des forfaits jours

jeudi 28 décembre 2017

La CGT a obtenu la condamnation de la société Accenture qui ne décompte pas le temps de travail de ses salariés en forfait heures.

GREVE le 12/12 chez GEMALTO

mardi 12 décembre 2017

En ce jour où le groupe ATOS a annoncé son intention d’acheter GEMALTO, les salariés sont en grève contre un plan de licenciements.
Plus d’information ci-dessous :

Sur le Web : Intersyndicale Gemalto

ORDONNANCES MACRON/MEDEF

jeudi 7 décembre 2017

Une 6ème ordonnance : balai... pour les droits et garanties des salariés

Lire la suite dans le lien

Victoire

jeudi 7 décembre 2017

Le gouvernement français soutient l’adoption d’une norme internationale contraignante contre les violences sexistes et sexuelles

Suite à l’interpellation des syndicats et des féministes, le gouvernement français vient de changer sa position et soutient maintenant clairement l’adoption d’une convention OIT contraignante contre les violences sexistes et sexuelles. La CGT se félicite de cette victoire et de ce changement de position.

Ordonnances Macron

samedi 11 novembre 2017

LA CGT DEMANDE AU CONSEIL D’ÉTAT DE SUSPENDRE LES ORDONNANCES

Plus de détails dans le lien ci dessous.
Ces ordonnances sont à l’origine de graves régressions sociales et sont porteuses de flexibilisation et de précarité pour les salariés. Elles ne reviennent pas seulement sur des droits durement acquis mais elles creusent également des inégalités déjà trop importantes, ce que la CGT déplore. C’est pourquoi tous les moyens de s’y opposer doivent être mis en œuvre, qu’il s’agisse de se mobiliser dans la rue le 16 novembre prochain ou devant les tribunaux.