déclaration de l’intersyndicale « CGT - FO - CGC - UNSA » concernant la négociation QVT

vendredi 22 décembre 2017

« volet gestion des salariés en situation d’ intermission ».

La période actuelle des congés n’a pas permis à la CFDT de se prononcer à ce stade sur cette déclaration. Elle transmettra sa position ultérieurement.

Notre constat : Une dérive de la direction
La direction s’égare, elle souhaite utiliser partiellement cet accord pour mettre au pas les salariés qui ne jouent pas le jeu de l’intermission (pourcentage infime des salariés Atos). On sent une véritable obsession de l’encadrement Atos sur ce sujet.
La volonté clairement exprimée par la Direction est de faire jouer à cet accord le même rôle que l’ancienne Charte BS de l’intermission .

Ce faisant, elle tente de tirer cet accord vers le bas et ne se positionne pas à la hauteur des enjeux de cette négociation Au lieu d’un accord constructif à l’égard de l’ensemble des salariés Atos, la Direction nous demande d’adopter un texte répressif qui prend pour cible une infime minorité de salariés.

Pour exemple, la direction entend imposer un accord qui répète moult fois « les salariés s’engagent » .
· Les représentants syndicaux qui participent à cette négociation ne sont pas mandatés par les salariés pour s’engager à leur place.
· Ils sont présents pour défendre leurs intérêts et les représenter ?

Notre demande : Un accord pour tous

Nous demandons que la négociation de cet accord montre un esprit collectif et positif, dans lequel tous les salariés Atos puissent se reconnaître, car tout salarié est amené à un moment de sa carrière à traverser une période d’intermission.
Seule cette démarche pourrait nous laisser entrevoir le succès nécessaire de cette négociation.
Nous demandons que la Direction reprenne de la hauteur et se positionne au niveau des enjeux considérables que porte cette négociation.
Il s’agit de rétablir le bien-être pour les salariés en situation d’intermission et d’en finir, une bonne fois pour toutes, avec les pratiques anxiogènes et répressives actuelles.

Pour rappel , ci-dessous la proposition de structuration de l’accord élaborée conjointement par toutes les OS de la négociation.
Nous réitérons notre demande de prise en compte de cette structuration.

Voir article suivant.



Brèves

Accenture condamnée pour usage abusif des forfaits jours

jeudi 28 décembre 2017

La CGT a obtenu la condamnation de la société Accenture qui ne décompte pas le temps de travail de ses salariés en forfait heures.

GREVE le 12/12 chez GEMALTO

mardi 12 décembre 2017

En ce jour où le groupe ATOS a annoncé son intention d’acheter GEMALTO, les salariés sont en grève contre un plan de licenciements.
Plus d’information ci-dessous :

Sur le Web : Intersyndicale Gemalto

ORDONNANCES MACRON/MEDEF

jeudi 7 décembre 2017

Une 6ème ordonnance : balai... pour les droits et garanties des salariés

Lire la suite dans le lien

Victoire

jeudi 7 décembre 2017

Le gouvernement français soutient l’adoption d’une norme internationale contraignante contre les violences sexistes et sexuelles

Suite à l’interpellation des syndicats et des féministes, le gouvernement français vient de changer sa position et soutient maintenant clairement l’adoption d’une convention OIT contraignante contre les violences sexistes et sexuelles. La CGT se félicite de cette victoire et de ce changement de position.

Ordonnances Macron

samedi 11 novembre 2017

LA CGT DEMANDE AU CONSEIL D’ÉTAT DE SUSPENDRE LES ORDONNANCES

Plus de détails dans le lien ci dessous.
Ces ordonnances sont à l’origine de graves régressions sociales et sont porteuses de flexibilisation et de précarité pour les salariés. Elles ne reviennent pas seulement sur des droits durement acquis mais elles creusent également des inégalités déjà trop importantes, ce que la CGT déplore. C’est pourquoi tous les moyens de s’y opposer doivent être mis en œuvre, qu’il s’agisse de se mobiliser dans la rue le 16 novembre prochain ou devant les tribunaux.